• Axelle.S

Ma thérapie du dressing !

Et si trier son dressing n’était pas qu’une question de rangement ?

Si trier son dressing permettait aussi de faire le point avec nous-même ?

Prenons mon exemple dans lequel certaines se reconnaitront sûrement.

Voici donc quelques jours que j’ai sorti l’ensemble de ma garde-robe pour trier des années d’achats vestimentaires.

J’ai souvent réorganisé ce qui ressemblait à un champ de bataille plutôt qu’à un dressing et plusieurs fois espéré passer de 10 à 9 cartons de chaussures ou de 50 à 40 robes pour déménager plus « léger ».

Mais cette fois-ci était différente : j’avais la volonté de tourner une page vers une autre manière de penser, de vivre et de m’habiller.


Comme évoqué dans le post « Prise de conscience et gros déclic​ », je glisse depuis quelques mois vers un mode de vie plus responsable qui me pousse forcément à faire le point sur mes vêtements. Mais j’ai aussi progressivement pris conscience de mes 40 ans par des envies de styles différentes, deuxième bonne raison de revoir mes placards.

J’ai alors tout déballé, tout essayé jusqu’à analyser avec le plus grand soin les différentes associations possibles pour finalement ne garder qu’un tiers de cette montagne de tissus.

C’est en rangeant stratégiquement les pièces vainqueurs de cette dure sélection, que j’ai aussi réalisé que j’avais muri, à 40 ans ! (Chacun son rythme, que voulez-vous !)

Ça, c'est avant ma thérapie du dressing...


Ma vision de la mode avait changé, mon style avait changé, j’avais changé…Et je me sentais vraiment bien, en accord avec mes valeurs, prête à porter de nouvelles matières et de nouvelles coupes laissant une garde-robe incohérente pour des styles plus réfléchis et affirmés, décidée à acheter mieux, moins et différemment.

Finalement mon dressing s’organisait exactement comme ma nouvelle vie, c’était une sensation apaisante …Mes petites planètes internes étaient alignées.


Et pourtant, se retrouver face à toutes ces tenues datant pour certaines d’une bonne quinzaine d’années c’était aussi prendre conscience du temps qui passe, d’un corps qui change, des rondeurs qui apparaissent, d’une tonicité qui nous délaisse…

Autant de petites claques qui viennent heurter votre féminité et vous rappeler que non vous n’avez plus 30 ans.

Adieu mini robes et mini shorts !

Subitement la digestion de cette pénible réalité pesait lourdement sur mon estomac déjà serré par ce constat. Puis la pilule enfin avalée et l’hypothèse de l’indigestion écartée, un moment de profonde méditation s’installa : certes, mon corps avait changé mais je n’avais pris qu’une seule généreuse taille supplémentaire en 15 ans donc rien de bien grave. Certes, je pouvais dire adieu à mes innombrables mini bouts de tissus partenaires audacieux de mes (cochez la case) 20-35 ans…pour finalement les remplacer par de belles pièces choisies attentivement pour la femme que j’étais devenue. Certes, j’apportais de l’importance à mon apparence mais ma vie ne se résumait-elle qu’à mon enveloppe corporelle ? …


Bien sûr que non, certainement pas !

J’étais heureuse et épanouie aux côtés d’un mari extraordinaire, en pleine création de mon blog, dans un appartement adoré, sans gros souci à l’horizon !

...Ça, c'est après ma thérapie du dressing !

Ces petites contrariétés ne m’atteindraient pas, je ne devais pas les rejeter mais les accepter et m’en servir comme repères et sources de motivation.

Évidemment que le corps change puisque nous ne sommes pas encore des androïdes japonaises aux poitrines fermes et hautes plantées sur des jambes fines, interminables, faisant la joie de certains célibataires endurcis.

Évidemment que le temps passe puisque … ben c’est comme ça.

Le moment était donc venu pour moi de repenser mon hygiène de vie incluant sport et alimentation. Mon corps me lançait quelques signaux que je ne devais pas ignorer.

C’était aussi ça « l’alignement de mes petites planètes internes » : prendre soin de moi pour me sentir encore mieux.


C’est ce que j’ai fait. J’ai repris le sport. J’ai consulté une nutrithérapeute (une belle rencontre dont je vous parlerai dans un autre post). J’ai accepté d’être celle que je suis aujourd’hui, avec des formes plus généreuses et mes multiples ridules (le mot passe mieux hihi !) mais bien plus en phase avec elle-même qu’il y a 10 ans.


Qui aurait cru que de trier un dressing servirait aussi de thérapie…


By Axelle.